administration


administration

administration [ administrasjɔ̃ ] n. f.
• apr. 1250; aministracion v. 1200; lat. administratio
1Dr. civ. Action de gérer un bien, un ensemble de biens. gestion. L'administration de la communauté. Administration légale : attributs patrimoniaux se rattachant à l'autorité parentale. Administration d'une société (par un conseil d'administration).
Cour. Action ou manière de gérer (des affaires privées ou publiques). « Une administration intelligente et suivie » (A. Gide).
2(sens précisé fin XVIIIe) Fonction consistant à assurer l'application des lois et la marche des services publics conformément aux directives gouvernementales; ensemble des services et agents chargés de cette fonction (l'Administration). L'administration du pays (centrale, départementale, etc.). L'administration des départements est confiée aux préfets, commissaires de la République. Entrer dans l'Administration (cf. Fonction publique, service public). École nationale d'administration (E. N. A.), formant depuis 1945 les fonctionnaires administratifs supérieurs ( énarque) .
(1793 ) Service public, ensemble des fonctionnaires qui en sont chargés. L'administration de l'Enregistrement, des Eaux et Forêts, des Douanes.
3(XVIIe) Action de conférer (un sacrement), d'administrer (un remède). « le temps nécessaire à l'administration du dernier sacrement » (Chateaubriand).

administration nom féminin (latin administratio) Action d'administrer des affaires publiques ou privées ; gestion. Ensemble des services publics (souvent avec une majuscule) ; ensemble des fonctionnaires chargés d'un service public. (On dit aussi Administration publique.) Service public concernant un domaine particulier : L'administration des douanes. Action de donner, de faire prendre : L'administration d'un médicament. Droit Pouvoir destiné à assurer la conservation de tout ou partie d'un patrimoine. Aux États-Unis, ensemble formé par le gouvernement proprement dit et par les conseillers engagés par le président pour l'aider à élaborer sa politique. ● administration (expressions) nom féminin (latin administratio) Administration légale, administration de tout ou partie du patrimoine d'un mineur, confiée de plein droit par la loi à une personne déterminée. (L'administration légale peut être pure et simple, ou sous contrôle judiciaire.) Clause d'administration conjointe, clause d'un contrat de mariage qui prévoit l'administration de la communauté par les deux époux. Instituts régionaux d'administration (I.R.A.), établissements publics créés en 1966 et chargés de la formation de certains corps de l'État. Administrations privées, ensemble des organismes sans but lucratif qui produisent des services non marchands au bénéfice des ménages (lesquels financent ces institutions sur la base de contributions volontaires). Administrations publiques, ensemble des organismes qui, produisant des services non marchands destinés à la collectivité ou effectuant des redistributions de revenus et de patrimoine, perçoivent des versements obligatoires et des subventions. ● administration (synonymes) nom féminin (latin administratio) Action d'administrer des affaires publiques ou privées ; gestion.
Synonymes :
- gérance
Ensemble des services publics (souvent avec une majuscule) ; ensemble des...
Synonymes :

administration
n. f.
d1./d Gestion. Administration des biens d'un mineur.
|| Conseil d'administration, qui gère une société anonyme.
d2./d Direction des affaires publiques ou privées.
|| L'administration publique ou l'Administration: la direction des affaires publiques.
d3./d Autorité chargée d'une partie de la direction des affaires publiques. Administration municipale, communale.
|| Corps d'employés d'un service public. L'administration des Finances.
|| Siège d'un service public. Je vais à l'administration des Douanes.
d4./d Action d'administrer (sens II). Administration des sacrements. Administration de preuves.

⇒ADMINISTRATION, subst. fém.
I.— [L'obj. de l'administration est un domaine de l'activité publique ou privée, parfois exprimé par un compl. de nom précédé de la prép. de]
A.— Action d'administrer des affaires, des biens, des personnes (cf. administrer I A) :
1. Elle [une assemblée représentative] ne s'occuperait que d'administration et jamais de gouvernement, aurait plutôt des avis à donner que des volontés à exprimer, et, à vrai dire, ne serait chargée que de discourir sur les lois sans les faire.
A. DE TOCQUEVILLE, L'Ancien Régime et la Révolution, 1856, p. 237.
2. ... [l'Église a] — une vocation commune servie par une organisation infiniment complexe et détaillée, un gouvernement et une administration d'elle-même, et par-dessus tout cela, un nom et au-dessus du nom, une couronne.
P. CLAUDEL, Un Poète regarde la Croix, 1938, p. 103.
3. L'administration et la gestion de ces centres géants, véritables villes de techniciens, posent des problèmes nouveaux parmi les plus difficiles à résoudre pour le CEA [Commissariat à l'énergie atomique]...
B. GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 245.
[Avec un compl. de + nom de la pers. qui administre] :
4. L'Orient latin était en paix sous la sage administration de Henri de Champagne, lorsque l'empereur germanique Henri VI qui venait de joindre à l'Allemagne le royaume normand des Deux Siciles, annonça l'intention de reprendre la croisade de son père Frédéric Barberousse.
R. GROUSSET, L'Épopée des croisades, 1939, p. 287.
Spéc., DR. CIVIL. L'administration de la communauté; administration légale (des biens des mineurs ou incapables) :
5. 267. L'administration provisoire des enfans restera au mari demandeur ou défendeur en divorce, à moins qu'il n'en soit autrement ordonné par le tribunal, sur la demande soit de la mère, soit de la famille, ou du commissaire du gouvernement, pour le plus grand avantage des enfans.
Code civil, 1804, p. 50.
Administration d'une société (anonyme) (par un conseil d'administration).
[Avec une idée de valorisation] Bon exercice du pouvoir administratif :
6. La méthode qui consiste à examiner les faits selon les règles de la critique est inconciliable avec la bonne administration de la justice.
A. FRANCE, Crainquebille, Putois, Riquet, 1904, p. 32.
7. L'administration est une science d'expérience et d'observation.
Lar. 20e.
P. anal.
Littéraire :
8. Mortels, occupez-vous de l'ordonnance de vos facultés. Vous avez le pouvoir d'y produire la paix et l'harmonie, comme Dieu produit la vie dans vos essences. Votre essence et le nombre de vos facultés viennent de lui; mais l'ordonnance et l'administration de vos facultés doivent venir de vous.
L.-C. DE SAINT-MARTIN, L'Homme de désir, 1790, p. 93.
Pop. Art d'avoir de l'ordre dans la conduite d'un ménage, de sa vie privée, etc. :
9. ... — un bien bon homme que M. Mauger... et, tout seul, ma petite... autant dire que je suis la maîtresse... dame! ... un ancien capitaine... c'est naturel, n'est-ce pas? ... ça n'a pas d'administration... ça n'entend rien aux affaires de ménage... ça aime à être soigné, dorloté... son linge bien tenu... ses manies respectées... de bons petits plats... s'il n'avait pas, près de lui, une personne de confiance, il se laisserait gruger par les uns, par les autres...
O. MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 60.
10. — Vois-tu, dans la vie, Célestine, il faut de la conduite... il faut ce que j'appelle de l'administration. Toi tu n'as pas de conduite... tu n'as pas d'administration... tu te laisses emporter par tes nerfs... les nerfs, dans notre métier, c'est très mauvais...
O. MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900 p. 356.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : conseil(s) d'administration (Ch. DE GAULLE, Mémoires, L'Appel, 1954, pp. 478-479; etc.); - de(s) biens (M. PROUST, À la recherche du temps perdu, La Fugitive, 1922, p. 685; etc.). 2. Noter le parallélisme entre les types d'oppos. de administration et ceux du verbe administrer, en partic. (cf. ex. 1 supra) le couple administration/gouvernement (cf. administrer, ex. 3). 3. Dans l'arg. des grandes écoles, on rencontre des formes abrégées de administration : administr. (G. MOCH, X-Lexique, vocabulaire de l'argot de l'École Polytechnique, 1878, p. 15), stration, strass, stra.
B.— Organes de l'action administrative
1. [L'accent est mis sur le pouvoir, sa nature, son origine]
Pouvoir administratif :
11. Charlemagne concentra l'administration en sa personne.
Lar. 20e.
Le gouvernement, considéré dans son action administrative. Administration publique (souvent abrégé en administration; iron. avec un A majuscule) :
12. Les préfets reçoivent et exécutent les ordres de l'administration.
Nouv. Lar. ill.
2. [L'accent est mis sur les pers. qui assurent le pouvoir] Ensemble des personnes chargées d'administrer, dans les domaines public ou privé. L'administration des domaines, des douanes, des hospices, des postes, etc. Il est attaché à telle administration. Il est en procès avec telle administration (Ac. t. 1 1932) :
13. Discours de Pécuchet, pédantesque. Sottises du gouvernement et de l'administration, — trop d'impôts, deux économies à faire : suppression du budget des cultes et de celui de l'armée. On l'accuse d'impiété.
G. FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, t. 2, 1880, p. 188.
14. Sur les sacs d'écus, Notre-Seigneur aurait écrit de sa main : « danger de mort » comme fait l'administration des ponts et chaussées sur les pylônes des transformateurs électriques, et on voudrait que...
G. BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1074.
Spéc. Les chefs responsables d'une administration :
15. Je souhaite de tout mon cœur que l'administration de l'Opéra procure jamais aux oreilles de nos dilettanti quelques-unes des jouissances que vous dépeignez si bien, mais j'en doute fort; ...
STENDHAL, Racine et Shakespeare, t. 2, 1825, p. 71.
C.— P. méton.
1. Lieu où se réunit et travaille un ensemble de personnes qui administrent :
16. J'ai passé devant l'église Saint-Olaf, patron des Vikings, pareille à un temple aztèque, avec sa ceinture de têtes de mort, j'ai longé les murs de la tour normande enfoncée dans ses douves et qui bouche l'horizon de sa masse de pierres noires et blanches, et j'erre autour de l'administration du port de Londres (port of London authority).
P. MORAND, Londres, 1933, p. 305.
2. Temps pendant lequel une personne administre :
17. Solon réduisit à dix ans l'administration des archontes.
Lar. 20e.
II.— [L'obj. de l'administration est une chose partic., concr. ou abstr.] Action d'administrer, c'est-à-dire de donner, fournir, distribuer, faire bénéficier quelqu'un de quelque chose (cf. administrer I B) :
18. « (...) Quant à la preuve, ce n'est pas moi, mais l'Histoire, à son achèvement, qui l'administrera. » Une pareille prétention ne peut entraîner que deux attitudes : ou la suspension de toute affirmation jusqu'à l'administration de la preuve, ou l'affirmation de tout ce qui, dans l'Histoire, semble voué au succès. La force en premier lieu.
A. CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 185.
Rem. Syntagmes usuels : a) administration d'un remède, des sacrements, etc.; b) administration d'une preuve.
Prononc. :[]. Enq. ://.
Étymol. ET HIST.
I.— 1. 2e moitié XIe s. Amenestraison « portion servie à table » (DARMESTETER et BLONDHEIM, Gloses fr. dans comment. talmud. de Raschi, Bibl. des Hautes Ét., fasc. 254, p. 3, n° 37, Glose de Raschi sur texte de Berakot), attest. isolée; 2. 1541 administration « ce qui donne, qui a tel effet » (CALVIN, Inst. chrét., éd. Lefranc, Chastellain, Pannier, III, p. 177 ds HUG. : A un mesme sens reviennent aussi ces sentences : que la Loy est survenue, à fin d'augmenter le peché : et pourtant qu'elle est administration de mort, laquelle produyt l'ire de Dieu, et nous meurtrit).
II.— 1. fin XIIe-début XIIIe s. aministration « action de s'occuper de, de se livrer à (qqc.) » (Trad. des « Moralia in Job » ds Dial. Grég., éd. Förster, p. 327 : Et se li aministrations de ces mimes choses [les temporeiz choses] lur [az maluaises penses] est doneie... siwent ces fuianz temporeiz choses par cuers d'entencion); 2. 2e moitié XIIIe s. « action de gérer (bien privé) » aministration (Digestes, ms. Montp., fol. 156d ds GDF. Compl. :Il a franche aministration de son pecule); 1783 administration « id. (biens, affaires publics) » (MERCIER, Tabl. de Paris, VIII, p. 351 : Quand on écrit en face de ces montagnes, le « censeur royal » n'y empêche point d'être le censeur des administrations vicieuses et de marquer au front les ennemis de l'humanité ou de la liberté publique); d'où 3. p. méton., 1787 administration de département « corps constitué chargé d'administrer un département » (supra) et 1790, 20 déc. « ensemble des personnes chargées d'administrer » (MIRABEAU, Disc. ds BRUNOT t. 9, p. 1018); 4. 1794 administration publique « fonction publique » (supra).
Empr. au lat. administratio, au sens II 1, synon. de curare, dep. CICÉRON, Inv., 2, 163 ds TLL s.v., 729, 56 : magnificentia est rerum magnarum et excelsarum... cogitatio atque administratio; cf. 840-43, WALHAFRID STRABO, Exord., 28 ds Mittellat. W. s.v., 208, 16 : ut sacerdotes... liberiores fiant ad... doctrinae amministrationem; au sens II 2 (biens privés) dep. Cic.; SÉN., Dial., 11, 17, 2 ds TLL, ibid., 730, 38 : administratio patrimonii; cf. 1235-1273, Chart. Tirolenses notarior., I, 90 ds Mittellat. W., ibid., 207, 37 : pro tutella et amministracione bonorum; (affaires publiques) dep. Rhét. Her., 3, 2, 3 ds TLL, ibid., 729, 67 : de administratione rei publicae scribere; cf. 1258, Chart. select., éd. Keutgen, 147 ds Mittellat. W., ibid., 207, 30 : de mala amministratione magistrorum civium populus coloniensis multipliciter est conquestus; à remarquer qu'en ce sens II 2 amenistration est en m. fr. concurrencé par menistration (ainsi J. MOLINET, Chron., CLXXXII, éd. Buchon ds GDF. s.v. ministracion :se aulcuns ayans eu administration de nos deniers, de nostre dit fils, ou d'aulcunes villes, chastellenies, terres ou pays d'iceulx, se fusissent mesuses en leur dicte ministration) bien que lat. ministratio soit réservé au service divin, voir TLL et BLAISE s.v.; II 4, synon. de munus, dep. TACITE, Agr., 19 ds TLL, ibid., 730, 26; cf. ca 410, Notitia dignitatum impartib. orient., 18, 4, ibid., 730, 32 : dignitatum et amministrationum notitia. I attesté seulement en lat. médiév. (où il dérive directement de administrare « servir, fournir »; voir administrer), sens propre : début XIe-XIIe s., Epist. Wormatienses, I, 10 ds Mittellat. W. s.v., 206, 56 : administratio alimentorum; d'où I 1; I 2 emploi fig. à partir de « fournir ». Formes adaptées aministration, amministracion, admenistracion (voir GDF. Compl.); cf. lat. amministratio, admenestratio ds TLL s.v., 729, 47, 48 et aministracio, aministratio ds Mittellat. W. s.v., 206, 48-50.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2 331. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 5 043, b) 2 707; XXe s. : a) 2 226, b) 2 820.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BARR. 1967. — BAUDHUIN 1968. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — Bible 1912. — BIROU 1966. — BLANCHE 1857. — BONNAIRE 1835. — BOUCHER 1835. — BRUANT 1901. — CAP. 1936. — DAIRE 1759. — Dalloz. Nouveau répertoire de droit. 2e éd. Publ. sous la dir. d'E. Vergé et J. Hamel. 1. Paris, 1962, p. 66, 67; 2. Paris, 1963, p. 955, 956. — DUP. 1961. — DUPONT-FERRIER (G.). Le mot administration dans les institutions françaises du Moyen Âge. J. des sav. 1937, t. 35, pp. 113-122; 1938, t. 36, pp. 49-60. — Éd. 1913. — GIRARD 1756. — GUIZOT 1864. HETMAN 1969. — LACR. 1963. — LAF. 1878. — Lar. comm. 1930. — LEM. 1966. — LEMEUNIER 1969. — MUCCH. Sc. soc. 1969. — POPE 1961, § 744. — PUJOL 1970. — RÉAU-ROND. 1951. — ROMEUF t. 1 1956. — SOMMER 1882. — SPR. 1967. — SUAVET 1963. — Synon. 1818. — WILL. 1831.

administration [administʀɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. Après 1250; aministracion, v. 1200; du lat. administratio, de administrare. → Administrer.
1 Dr. civ. Action de gérer (un bien, un ensemble de biens). || Confier l'administration de ses biens à un fondé de pouvoir. Conduite, direction, gérance, gestion.
1 (…) personnes capables de conseiller les rois, et de les aider dans l'administration de leurs affaires.
La Bruyère, les Caractères, IX, 22.
2 La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.
Déclaration des droits de l'homme, 1789, art. 15.
Administration légale (des biens du mineur, des incapables). Administrateur (légal).Conseil d'administration (d'une société).
Cour. Action ou manière de gérer (des affaires privées ou publiques).
2.1 Combien me plaît cet homme modeste, dont l'œuvre admirable montre ce que pourrait obtenir une administration intelligente et suivie.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 714.
2 (Sens précisé fin XVIIIe : 1794, administration publique). Fonction consistant à assurer l'application des lois et la marche des services publics conformément aux directives gouvernementales; ensemble des services et agents chargés de cette fonction. || L'administration centrale française. Conseil (d'État), ministère, présidence (de la République). || Attaché d'administration centrale. || Administration départementale. Conseil (général), préfecture. || Administration locale. Commune, mairie.
Absolt. || L'administration, l'administration publique, considérée comme une entité distincte du gouvernement et des particuliers (administrés). || Entrer dans l'administration. → Position, cit. 14. || Les cadres, les rouages de l'administration. Agent, fonction (publique), fonctionnaire.(En France). || École normale d'administration (E. N. A.), formant depuis 1945 les fonctionnaires administratifs supérieurs.
2.2 (…) l'ordre abstrait ne saisit rien et ne range rien que ses propres symboles. C'est ainsi que l'administration conduit ses folies raisonnables.
Alain, Propos, 18 févr. 1933, Folies d'administration.
(1793). Une, des administrations. Service public, ensemble des fonctionnaires qui en sont chargés. || Les services, les bureaux d'une administration. || L'administration des Finances, des Impôts, du Trésor public. Finances, fisc. || L'administration des Douanes, de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, des Eaux et Forêts, des P. T. T., des Ponts et Chaussées (voir ces termes).
3 Nous n'avons point d'État. Nous avons des administrations.
France, l'Anneau d'améthyste, p. 93.
4 L'administration de la Société, se substituant aux innombrables administrations de l'État, va réaliser d'abord d'immenses économies en supprimant tous les rouages inutiles.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 320.
3 (XVIIe). Didact. Action de conférer (un sacrement), d'administrer (un médicament), de fournir (une preuve). || L'administration d'un médicament à un malade par le médecin.
5 Une pareille prétention ne peut entraîner que deux attitudes : ou la suspension de toute affirmation jusqu'à l'administration de la preuve, ou l'affirmation de tout ce qui, dans l'Histoire, semble voué au succès. La force en premier lieu.
Camus, l'Homme révolté, p. 185.
DÉR. V. Administratif.
COMP. Sous-administration.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • administration — ad·min·is·tra·tion /əd ˌmi nə strā shən/ n 1: the act or process of administering the administration of justice 2 a: the management and disposal under court authority of the estate of a deceased person by an executor or an administrator b: the… …   Law dictionary

  • Administration — may refer to:In business * Administration (business), the performance or management of business operations. * Management, the act of directing people towards accomplishing a goal * Central Administration, the highest administrative department of… …   Wikipedia

  • administration — ad‧min‧is‧tra‧tion [ədˌmɪnˈstreɪʆn] noun 1. [uncountable] COMMERCE the activities involved with managing and organizing the work of a company or organization: • I want to spend my time on research and development rather than administration. 2.… …   Financial and business terms

  • Administration — Ad*min is*tra tion (?; 277), n. [OE. administracioun, L. administratio: cf. F. administration.] 1. The act of administering; government of public affairs; the service rendered, or duties assumed, in conducting affairs; the conducting of any… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • administration — ADMINISTRATION. s. f. Direction d une affaire particulière. L administration des biens d un pupille. Il se dit De la direction des affaires publiques, d une partie du Gouvernement. Il a eu long temps l administration des Finances, des principales …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • administration — Administration. s. f. Gouvernement, direction, conduite. Il a eu long temps l administration des finances, des principales affaires. il avoit l administration de toutes choses. un tuteur est obligé de rendre compte de l administration qu il a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • administration — Administration, Gestio, gestionis, Administratio, Actus. L administration et charge de quelque chose, ou le lieu et territoire dedans lequel on a administration et charge, Dioecesis, huius dioecesis. Avoir la charge et administration du royaume,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Administration — (lat. administrare „verwalten“) bezeichnet allgemein die Verwaltung eines Staates, einer Provinz, eines Landkreises, eines Ortes, einer Körperschaft oder öffentlichen Einrichtung oder auch eines Vereins speziell die öffentliche Verwaltung… …   Deutsch Wikipedia

  • Administration — Sf Verwaltung erw. fach. (15. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. administrātio ( ōnis) Verwaltung, Besorgung , zu l. administrāre verwalten, besorgen, ausführen , zu l. ministrāre bedienen, darreichen, verschaffen und l. ad hinzu . Verbum:… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Administration — (management, administration; administration; administrazione) – einerseits der Inbegriff der Vorschriften und Grundsätze, nach denen das Eisenbahnwesen verwaltet wird – anderseits der organische Aufbau der Behörden und Dienststellen, denen die… …   Enzyklopädie des Eisenbahnwesens


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.